Assemblée Générale du samedi 10 novembre 2018

ADML 63 Présents : 37 personnes dont 8 pros

AG extraordinaire du 10 novembre 2018

Discours d’accueil

Merci de vous être déplacés pour cette Assemblée Générale de fin d’année. Les nouveaux diront peut-être  : pourquoi ne pas attendre l’Assemblée Générale annuelle de mars ? Mais les anciens répondront : on ne tient pas à passer dix heures sur une seule AG, car on sait que l’actualité de la doume est toujours tellement riche, il y a tant d’orientations à prendre, qu’il vaut mieux limiter le contenu de chacune et faire trois AG par an, comme nous l’avons fait cette année.

Nous avions décidé au cours des précédentes de revoir nos statuts pour les adapter au fonctionnement réel de la doume. Un groupe de travail s’y est attelé et vous présentera une nouvelle version à discuter ensemble et à valider. C’est le sujet important du jour.

Mais avant, Antoine vous parlera de la Coop des Dômes, qui comme vous savez va ouvrir son magasin aux Vergnes dans une semaine, samedi 17 après-midi. (ce qui explique le changement dans l’ordre des sujets, car Antoine va travailler à cette ouverture cet après-midi !) La Coop des Dômes est un peu un bébé de la doume, même si nous l’avons laissé grandir toute seule. Quelle part allons-nous prendre dans son financement , quand et comment ?

Nous avons cette année la fierté d’avoir créé un emploi, celui d’Angèle, grâce aux 3300 euros du financement participatif auquel vous avez répondu ; ce n’est malheureusement qu’un CDD de trois mois à mi-temps, et les faits prouvent que le poste d’Angèle est indispensable et que nous ne saurions revenir en arrière. Nous rêvons de pouvoir l’employer en CDI. Ce n’est pas impossible mais cela dépend de vous. Angèle vous présentera une solution, sur laquelle nous avons besoin d’entendre vos réactions et conseils. Heureusement, il paraît que nous allons avoir des subventions, et nous sommes au moins sûrs d’avoir 3000 euros supplémentaires qui permettront de prolonger le CDD d’Angèle jusqu’en mars, moment où on pourrait décider d’un contrat plus pérenne.

Nous avions prévu l’attribution des prix du jeu des selfies e-doume, jeu qui a été conçu pour la promotion de la version électronique de la doume, mais les doumiens ne sont pas joueurs, et surtout ne jouent pas pour le gain ! Donc peu de participation… on verra comment on peut réorienter ce jeu.

Quelques remarques hors de l’ordre du jour  pour réchauffer le coeur :

L’un de nos adhérents a fait un geste magnifique : il subventionne 6 mois de travail de Stephan, l’auteur de notre logiciel, pour adapter celui-ci à une formule open-source qui permettra aux autres monnaies qui le désirent d’en profiter en l’adaptant à leurs besoins propres. Deux bonheurs en même temps : rémunérer, pour une fois et même si c’est en dessous des tarifs habituels, notre Stephan qui a passé et passe encore tant de temps pour nous bénévolement ; et agir pour la collectivité par le partage.

Ce réseau des MLCC doit être solidaire, car le concept de monnaies locales est riche d’espoir pour l’avenir, et il faut qu’il soit encore mieux entendu, même si déjà on sent beaucoup de progrès en ce sens. La doume y a bien fait sa place depuis qu’elle a organisé en mai les Rencontres Nationales et nous participons aussi à ce niveau.

Dois-je rappeler en quoi les monnaies locales citoyennes sont porteuses d’espoir ? Elles font la preuve qu’en reprenant la main sur la monnaie, bien commun, on peut l’orienter dans le sens du bien public. Et le mieux : on prouve par les faits que c’est possible. Quelle belle alternative à la résignation !

Dans notre territoire, des synergies se mettent en place ; par exemple vous avez peut-être vu que dans la Marche pour le Climat, organisée par Alternatiba 63, l’un des trois défis à accomplir est d’adhérer à une monnaie locale. Nous participons aussi au Centre d’Innovation Sociale (CISCA), au Plan Climat de la Métropole, au Projet Alimentaire Territorial du Grand Clermont et du parc Livradois-Forez…

Enfin un appel :

Nous avons toujours besoin d’enrichir et de renouveler peu à peu le volet des bénévoles. Ces AG sont aussi l’occasion de permettre aux hésitants de faire un premier pas dans l’action.

Vous verrez affichées, comme d’habitude, la liste des groupes de travail en cours ou à former, dans lesquels vous aurez peut-être envie de vous intégrer. Aujourd’hui, ce sera

1)- rédaction du règlement intérieur

2)- l’appui auprès des prestataires pour faire mieux circuler la doume entre eux

3)- si on a une subvention importante, réfléchir aux moyens de mettre la doume accessible aux personnes contraintes financièrement

4)- le soutien aux GL : soit les redynamiser s’ils « s’endorment », soit aider à leur création (deux projets en cours : Sancy et Brioude-Massiac)

5)- la préparation de la fête du 4ème anniversaire (dimanche 13 janvier 2019)

6)la participation de l’ADML63 au comité de suivi citoyen du Plan Climat de Clermont Auvergne Métropole

7)- la participation/représentation  au CISCA (Centre d’Innovation Sociale Clermont Auvergne) dont l’ADML63 est membre du CA (Angèle)

8) proposer des améliorations sur le site doume.org

Les débats

I- Soutien à la Coop des Dômes.

Antoine Ferron et Marion Cazenave donnent à l’assistance des précisions sur cette belle entreprise, une semaine avant le jour de l’inauguration du magasin, sis aux Vergnes, au terminus du tram, dans un quartier populaire.

L’idée est d’arriver à offrir à des populations pas forcément argentées la possibilité de se nourrir bio (au minimum sain) et local. Il y a eu un contact régulier avec les associations du quartier.

La Coop des Dômes comprend 435 adhérents. On compte actuellement 120 acheteurs réguliers. On compte doubler au moins ce nombre dans les 6 mois à venir, sachant que l’accès au magasin (qui sera ouvert 5 jours et 18 h par semaine, essentiellement en fin d’après-midi) verra arriver des acheteurs qui n’étaient pas très motivés par la formule précédente d’achat groupé sur commande.

Pour l’instant ce n’est pas encore une coopérative avec prise de parts sociales, mais encore une association (si on en croit les autres Super-Coops, la contribution au capital s’élèverait en moyenne à 100 euros, =10×10 parts sociales). Les adhérents actifs s’engagent, en échange d’un accès aux prix bas de la Coop, à assurer 3 heures de travail toutes les 4 semaines. Antoine sera salarié à partir de décembre.

Sur les 35 producteurs, une dizaine prennent la doume. La Coop elle-même accepte toujours la doume.

Les charges fixes sont : le loyer et le salaire futur d’Antoine. Les investissements sont le matériel et le stock. Il a fallu limiter au départ les investissements en matériel, assurer au minimum l’équipement « froid » et reporter encore une partie de l’équipement « vrac ».

Le plan de financement repose sur un emprunt au Crédit Coopératif de 30 000 euros, garanti par Auvergne Active et abondé d’autant par la même Auvergne active, donc 60 000 euros au total. Un financement participatif a été lancé pour accélérer l’achat de matériel. La marge brute escomptée par mois serait de 5000 euros environ.

Comment les aider ? Décisions :

un prêt pris sur notre fonds de garantie en euros. Ce n’est pas que ce prêt soit absolument nécessaire dans l’immédiat, mais ce sera un signe que l’ADML 63 est prête à prendre quelque risque pour soutenir ce projet qui lui tient à coeur. (Rappel : le risque d’un prêt non remboursé sur ce fonds de garantie signifie que, si la doume s’arrêtait, on ne pourrait pas rembourser en totalité les adhérents). On se met d’accord pour accorder un prêt compris entre 1000 et 5000 euros, et pour reporter à l’AG annuelle de mars le choix définitif du montant.

– si la subvention du Ministère de la Cohésion Sociale est confirmée, on va pouvoir en consacrer une bonne partie à des « bonus » en doumes, que ce soit des dons ou un taux de change favorable, à la partie de la population (du quartier ? ou de tout le territoire?) qui hésiterait à consacrer un peu plus d’argent que d’habitude aux produits courants. Il faudra travailler ce sujet entre la Coop, l’Adml63 et les associations.

A noter que tout le monde a droit le d’aller faire ses courses à la Coop lors de sa première visite, pour tester, même s’il ne fait pas partie des adhérents actifs.

II- Révision des Statuts.

Rédigés en 2013, alors que la doume n’existait pas, ils étaient en partie obsolètes.

Colette Boudou nous présente le résultat du travail du groupe. Les principaux aménagements sont :

– l’apparition de la notion de Groupes Locaux (GL) qui auront obligatoirement un « gestionnaire » et un « contact ».

– la disparition complète du vote au bénéfice de la recherche du consentement, les modalités de ce processus étant détaillées dans le règlement intérieur.

– la disparition de la distinction entre « actifs » er « utilisateurs »

– la possibilité qu’un groupe d’adhérents exige la convocation d’une AG extraordinaire sur un ordre du jour précis.

Les débats ont porté sur :

– la nécessité de distinguer les différents AG ( annuelle, ordinaire, extraordinaire…) En fait seule l’AG extraordinaire (modification des statuts ou dissolution) est apparue comme devant être distinguée. On a souligné l’obligation de faire annuellement un bilan des comptes et de l’activité + les projets de l’année à venir + approbation de la composition du Collectif.

– la nécessité de restreindre les GL au Puy-de-Dôme ; on a supprimé cette nécessité car il faut raisonner par bassin de vie. On garde le « et alentours » (ces « alentours » ne devant pas être trop éloignés).

– la définition de la mission de l’ADML63 : on garde le pluriel à « développement de monnaieS localeS » car ça pourrait arriver, mais son objet principal est de gérer la monnaie « doume ».

– pour la représentativité de l’association auprès des différents organismes et collectivités (quand il faut une signature), c’est le Collectif qui désigne la ou les personnes qui s’en chargeront.

Après ces corrections, les nouveaux Statuts sont adoptés. Pour les détails de fonctionnement, reste à rédiger le Règlement Intérieur.

Statuts ADML63 votés le 10 11 2018

III- Pérenniser l’emploi « communication et gestion » (secrétariat)

Même si, pour la première fois, l’Adml63 va sans doute recevoir une subvention ponctuelle, il est illusoire de compter sur des entrées régulières de l’extérieur : si nous voulons nous doter d’un secrétariat professionnel, rendu nécessaire par l’augmentation des activités, il faut compter sur nos propres forces, à savoir les cotisations des adhérents.

Le financement participatif lancé dans ce but a répondu en partie à ce besoin, mais on en peut pas indéfiniment accumuler CDD sur CDD, c’est de l’incertitude aussi bien pour l’employeur que pour le salarié (et c’est d’ailleurs illégal).

C’est pourquoi Angèle présente une autre solution, qui pourrait être testée grandeur nature jusqu’en mars, afin de décider de conclure un CDI : lier la cotisation et le financement de l’emploi.

En effet, l’association fonctionne actuellement avec l’équivalent d’un euro par mois et par utilisateur, plus les cotisations des prestataires. Si cette moyenne passait à deux euros par mois et par utilisateur, on pourrait pérenniser un poste à mi-temps, et si elle atteignait trois euros par mois et par utilisateur, on pourrait pérenniser un poste à plein temps.

C’est pourquoi la proposition est faite d’offrir la possibilité, lors de la réadhésion en ligne via Hello Asso, d’opter pour un versement mensuel automatisé au lieu d’un paiement en une fois.

Il est proposé par l’assemblée de bien expliciter les besoins de l’association dans le formulaire de réadhésion, d’appliquer la même possibilité aux prestataires et de signaler que 12 paiements mensuels sont plus énergivores qu’un paiement annuel.

L’assemblée est d’accord pour tester ce fonctionnement jusqu’à la prochaine assemblée générale.

FIN DE L’ASSEMBLEE GENERALE (en buvant, mangeant et discutant !)

Ce contenu a été publié dans 1 VIE DE L'ASSOCIATION, Assemblées générales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.