Assemblée Générale du samedi 14 mars 2020

ADML63

COMPTE-RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

DU SAMEDI 14 MARS 2020

Présents : 26 adhérents + 4 représentés

Note : La menace du Covid19 a bien sûr retenu chez eux un certain nombre de nos adhérents. Les consignes de confinement n’étant pas encore en place, nous avons cependant maintenu cette AG. Le nombre de 26 personnes était le minimum requis pour le quorum (le double du nombre d’inscrits au Collectif). Cependant l’unique décision à prendre sera proposée à la validation des adhérents par mail, selon la procédure prévue en cas de quorum insuffisant.

I- Rapport d’activité 2019 ; travaux en cours, projets d’avenir.

Rapport_Activite-2019

a) Adhésions :

Le nombre d’utilisateurs stagne depuis plusieurs années : ça monte à 900 jusqu’au moment où ceux qui n’ont pas réadhéré sont suspendus (le 31 mars) et on retombe à 600, malgré l’arrivée de nouveaux adhérents. Comment faciliter la réadhésion ? Par prélèvement automatique régulier ? Maintenant qu’on voit que la doume est stable dans le temps, on peut peut-être le reproposer.

Le nombre de professionnels (prestataires) augmente régulièrement. Mais les bénévoles des groupes locaux doivent souvent réclamer la réadhésion…

Une remarque de l’assistance : on connaît des professionnels qui aimeraient adhérer à la doume mais leur comptable refuse. Comment faire ? Après discussion, nous prévoyons de faire appel aux comptables qui n’ont aucun souci avec la comptabilité (c’est très peu de travail en plus!) pour qu’ils s’adressent à leurs collègues

b) Evénéments de l’année 2019

Impulsés par le Collectif ou par les groupes locaux, ils ont été déclinés rapidement par Angèle avec le soutien de projections photographiques.

On remarque que les deux groupes les plus récents, Alagnon et Sancy-Artense, sont particulièrement dynamiques, alors que certains de nos plus anciens groupes sont presque inactifs. L’implication forte des prestataires est peut-être ce qui fait la différence.

Notons « l’exploit » du groupe Alagnon qui dès sa naissance a obtenu de la communauté de communes de Murat (Cantal, Hautes-Terres Communauté) une convention qui permet de payer ses spectacles et la médiathèque en doumes !

c) Travaux en cours

    1. Améliorer la circulation des doumes (présentation : Geneviève)

Un groupe de travail a été voir presque tous les distributeurs du réseau afin de chercher avec eux des solutions pour dépenser leurs doumes. Ce travail se poursuivra en 2020 avec les autres maillons de la chaîne.

    1. Plan d’action

Lors du dernier week-end à l’Auberge des Liards, nous avons défini un plan d’action articulé autour de quatre groupes de travail :

  • Communication externe (présentation : Angèle)

Ce groupe s’est chargé en 2019 de faire du lien avec les médias locaux à l’occasion de nos événements. En 2020, il a pour tâche le contact avec les médias nationaux, la production d’une vidéo valorisant les impacts concrets de la doume, ainsi que la recherche d’un local.

  • Soutien aux utilisateurs (présentation : Geneviève)

Ce groupe a commencé à se pencher sur la création de tutoriels pour aider les utilisateurs à manier la doume, et souhaite également organiser des réunion d’accueil des nouveaux adhérents.

  • Élections (présentation : Agnès)

Ce groupe a contacté toutes les communes signataires du Pacte pour la Transition ainsi que listes candidates aux élections municipales dans les 10 plus grandes communes du Puy-de-Dôme, pour les aider à mettre en place des propositions autour de la doume. De plus il a invité à une réunion les représentants de toutes les listes. Résultat mitigé : 4 listes pésentes à la réunion, une dizaine de listes ayant répondu mais n’ayant pas mis la doume à leur programme, d’autres ayant mis la doume à leur programme sans avoir été contactées. L’essentiel est d’avoir communiqué.

  • Animation et éducation (présentation : Danielle)

Ce groupe prendra contact en 2020 avec les lycées pour y proposer des interventions à partir de la rentrée prochaine. Il organise également des événements pour tous publics.

    1. Bonus social à la conversion (présentation : Geneviève)

Le bonus social à la conversion a peiné à trouver son public en 2019, mais le bouche-à-oreille commence à faire effet. De plus en plus d’étudiants en bénéficient via LieU’topie, et grâce au partenariat avec la Mission Locale de Clermont, initié et abondé par la métropole, des jeunes accompagnés par la Mission Locale commencent à en bénéficier.

    1. Kohinos (présentation : Danielle)

Ce sont maintenant pas moins de 13 monnaies qui s’investissent dans le projet de réecriture en open-source du logiciel de la doume ! Ce travail colossal a bien occupé l’année 2019 et a porté ses fruits car une première version est déjà opérationnelle et utilisée notamment par le Soudicy, monnaie de l’Allier, depuis son lancement en juin dernier. La version complète est presque terminée et pourra être présentée aux prochaines rencontres nationales du réseau, pendant le week-end du 8 mai.

    1. Avance de trésorerie aux prestataires (présentation : Cédrick)

Cette nouvelle possibilité d’utilisation du fonds de réserve, décidée en AG en 2019 et visant à aider les professionnels du réseau à sortir de mauvaises passes, n’a pas encore été expérimentée.

    1. Travaux de recherche (présentation : Angèle)

Deux travaux de recherche ont été pensé en 2019 et seront effectués en 2020 :

  • Une étude sur l’impact social des monnaies locales en France, portée par le mouvement SOL avec une dizaine de monnaies participantes dont la doume

  • Une recherche-action sur l’impact de la doume et de la Coop des Dômes et de leurs partenaires sur la restructuration de filières locales, portée par le CISCA (Centre d’Innovation Sociale Clermont Auvergne)

    1. Dépliant touristique (présentation : Cédrick)

Une première brochure répertoriant les hébergements touristiques du réseau doume a vu le jour cette année. Des professionnels du tourisme des groupes Sancy-Artense et Combrailles travaillent ensemble pour l’améliorer et le doter notamment d’une carte.

Implication dans le réseau national (présentation : Danielle)

En grande partie grâce à notre initiative suite aux Rencontres de Riom, un groupe de réflexion sur la gouvernance du réseau travaille à distance pour présenter aux Rencontres de Ploërmel des perspectives pour rendre notre mouvement national (plus de 80 monnaies en circulation à l’heure qu’il est) plus visible, mieux organisé et plus actif. Deux membres de l’ADML63 y participent.

d) Une idée à poursuivre ( présentation : Quentin)

Une « sécurité sociale alimentaire  » grâce à la doume ?

Concept inspiré de Bernard Friot qui avait prévu de l’installer au niveau d’un état sur le même principe que la sécurité sociale.
Chacun cotise selon ses moyens et tout est redistribué selon les besoins.
Quelques différences bien-sûr, là les besoins alimentaires sont les mêmes pour tous.
Et il s’agirait de l’installer au niveau non pas d’un état, mais au niveau d’un groupe d’individus volontaires, l’ADML63 garantissant la circulation des doumes et « offrant »un réseau de prestataires « conventionnés doume », adhérent d’une charte.
Après cela pourrait être porté par une communauté de communes, bien engagée sur le social.
Chaque personne cotise une somme proportionnelle à ses revenus (les sommes cotisées vont être très différentes et c’est bien qu’on ait le panel le plus large.)
Toutes ces sommes sont additionnées, et chaque personne reçoit une somme correspondant à la moyenne des cotisations collectées.
Intérêt : effet redistributif, on permet au plus grand nombre de mieux consommer.
On va vite créer un surplus d’activité chez les prestataires choisis, on détourne une plus grande part de la valeur économique des grandes surfaces en la fléchant vers des consommations plus durables, locales ;
Cela permet de toucher plus de prestataires qui pour entrer dans le réseau seront amenés à changer leur pratique, un cercle vertueux est installé, plus de cotisations, plus de ressources pour l’ADML qui pourra plus investir pour aider le financement de projets de l’économie sociale et solidaire.
On renforce les notions de solidarité entre les citoyens..
Voilà le principe…
A voir si le logiciel Kohinos ne pourrait pas intégrer ce compte redistributif : les personnes se verraient attribuer (au comptoir en billets ou automatiquement par virement e-doume) la part qui leur revient.

Si vous avez envie de participer aux projets en cours, vous pouvez contacter :

– Dépliant Touristique :
Cédrick Leroy-Merlet : fermeduguery@gmail.com
Mathilde Richard : mathilde.richard@gmail.com

– Amélioration de la circulation des doumes entre pros
Geneviève Binet : binet.genevieve@gmail.com
Angèle Dransart : contact@adml63.org

– Aide aux utilisateurs
Geneviève Binet : binet.genevieve@gmail.com
Eva Plesel : eva.plesel@outlook.fr

– Animation et éducation
Danielle Nadal : d.nadal@orange.fr

– Communication externe
Angèle Dransart : contact@adml63.org

– Projet de Sécurité Sociale Alimentaire
Quentin Dabouis : quentin.dabouis@gmail.com
Geneviève Binet ; binet.genevieve@gmail.com

II- Les finances (présentation : Elisée Lozano)

Compte de résultat 2019
COMPTE DE RESULTAT 2019, PRODUITS :
Commentaires :
– Subventions d’exploitation : les 18250 euros se répartissent ainsi :
15000 de subvention du FDVA reçus en décembre 2018 et reportés en 2019
3000 de subvention de la Métropole, id en décembre 2018
750 de la Mission Locale pour bonus social

= 18750 moins 500 euros utilisés en 2018 pour compléter le salaire d’Angèle= 18250.

– cotisations : les cotisations des adhérents simples (plus nombreuses mais moins élevées) sont à peu près équivalentes aux cotisations des prestataires : 7500 chacun environ.
– dons : tous les dons, y compris les pourboires accordés pour les achats de e-doumes (compensent les prélèvements bancaires pour PayZen), y compris les dons laissés au moment des adhésions par HelloAsso. « Dons soutien emploi », c’est quand un adhérent paye plus que le minimum, on considère que ça doit aller sur le salaire d’Angèle.
– produits financiers : le produit de placement du fonds de garantie sur les livrets A à la Poste et Codevair au Crédit Coopératif.

COMPTE DE RESULTAT 2019, CHARGES
En 2018 et 2019, l’ADML 63 a financé deux développeurs pour le logiciel Kohinos, grâce à l’apport financier de Pascal Tellier. Stéphan Gelberger a eu un contrat de salarié et Julien Jorry a été payé en prestations.
Pour 2019, il restait de l’apport financier 18300 euros, dont l’usage se retrouve dans les lignes « charges de personnel» et sur la première ligne «  Achat études et prestations de service ».
Bonus social : on avait partagé les 15000 euros de la subvention FDVA en 10000 maximum pour le bonus et 5000 pour le salaire d’Angèle. En 2019, le bonus social a peiné à démarrer et on n’a dépensé que 1414 euros ( aide à l’adhésion + bonus à la conversion).

TOTAL : Sur le compte de résultat apparaît un déficit de 6226,97 euros mais c’est un faux déficit, car il est impossible comptablement de mettre l’apport des 18300 de Pascal dans les produits.
Explication : le contrat établi entre Pascal Tellier et l’ADML63 est un « apport en fonds associatif avec condition de reprise ». La condition de reprise est que l’ADML63 ne doit rembourser Pascal qu’à partir des rentrées qui nous viendront plus tard du Kohinos.
Question : Quelles rentrées ?
Réponse : Sur les pages du Kohinos, l’utilisateur verra un bouton « faites un don » qui enverra les explications nécessaires. C’est le montant de ces dons éventuels que nous remettrons à Pascal.

Bilan 2019

BILAN :
Où se trouve notre fonds de garantie ?
1) Dans les valeurs mobilières de placement, à savoir :
– nos parts sociales à la NEF
– nos parts sociales à Terre de Liens
– nos parts sociales à Combrailles Durables
2) Dans le livret Codevair du Crédit Coopératif
3) Dans une partie du livret A de la Poste (qui rapporte un peu plus que le livret Codevair, mais le livret Codevair est consacré – vraiment – au développement durable)
4) dans « l’apport en fonds associatif » de 3000 euros que nous avons fait à la Coop des Dômes, et qui sans doute se transformera un jour en parts sociales si la Coop des Dômes se transforme en SCIC.
5) La Malterie a remboursé son crédit…. Sauf 0,04 euros qui subsistent une fois toutes les mensualités versées !

Les avoirs de l’association sont dans les comptes courants de la Poste et du Crédit Coopératif – mais une part a été mise sur le livret A de la Poste. Il y a aussi quelques espèces en doumes et des doumes numériques sur le compte du prestataire ADML63, issues des cotisations des prestataires.
Il y a un peu d’argent sur un compte HelloAsso : c’est que lorsque les adhérents ont payé leur cotisation par ce biais, HelloAsso garde leur argent pendant un mois avant de nous le transférer.

Si on soustrait la « dette » correspondant aux doumes en circulation + quelques autres petites dettes, le bilan est positif de 8790,58 €uros.

Budget 2020
BUDGET (PREVISIONNEL 2020), PRODUITS (avec subventions)

Dans les subventions :
– les 750 euros à venir pour compléter l’apport de la Mission Locale au bonus social (acquise).
– 1000 euros pour financer une formation pour les futurs bénévoles demandés au titre du FDVA1 (demandée).
– 10000 euros pour le fonctionnement de l’Association + une part bonus social, au titre du FDVA2(demandée).

Cotisations : on prévoit juste un peu plus qu’en 2019 (16000 au lieu de 15000)
Dons : à la louche…

BUDGET 2020, CHARGES
Petit équipement : on a acheté, pour les gestionnaires des plus gros GL, 6 machines à compter les billets.
Services extérieurs, locations mobilières : si on a les moyens de payer un local !
Charges exceptionnelles : ce qui reste de 2019 pour finir le bonus social. (Argent qu’on a déjà)
Les 1000 euros pour la formation bénévoles se trouvent dans « rémunérations d’intermédiaires et honoraires ».

BUDGET 2020 sans subventions.
C’est assez facile de voir ce qu’on peut réduire :
– si on n’a pas le FDVA 1, il n’y aura pas de formation bénévoles (ou alors on se débrouille entre nous…)
– si on n’a pas le FDVA 2, on renonce à la location du local (2500)

Comme il nous reste 8000 euros et plus en caisse fin 2019, on peut compenser les autres dépenses avec nos réserves, quitte à nous retrouver avec un résultat de zéro.

Les comptes et le budget prévisionnel ne soulèvent pas d’opposition.

III- Décisions à prendre

1) Investissement en parts sociales dans la SCI « l’Estran ».

L’Estran est un bâtiment qui jouxte le café des Augustes. La SCI comprend de nombreuses associations « soeurs » : Terre de Liens, CREFAD, etc, et il serait très pertinent de nous y associer et d’y mettre notre local.
Le projet d’investir en parts sociales dans le capital de la SCI de l’Estran est reporté, le très gros projet de réfection immobilière étant encore en cours et pas finalisé. A revoir !

2) Investissement en parts sociales dans la SCIC « Toi et Toits »
Pascal Challet, président, et sa collègue S. Chaleil nous présentent l’historique de leur projet, qui a commencé petitement par un groupement de citoyens de Marsac en Livradois et qui a été rejoint progressivement par d’autres communes et surtout le Parc Livradois-Forez, qui a financé une chargée de mission.
L’inspiration et les conseils viennent bien sûr de Combrailles Durables. Les panneaux solaires seront posés sur 8 bâtiments désamiantés , bâtiments publics mais déjà un agriculteur propose un toit. Le projet total coûte 500 000 euros. Il a fallu voir grand car la subvention de la Région (120 000) ne peut être que versé en une seule fois. D’autres subventions ont été demandées. La SCIC a eu le soutien du Syndicat Intercommunla Electricité et Gaz, qui leur a ouvert les portes d’Enedis pour avoir les devis du raccordement.
A terme le projet produira de l’électricité pour 200 familles hors chauffage électrique.
La SCIC tient à faire travailler des artisans locaux (et il y en a).
Le premier toit à être équipé cette année sera à Cunlhat ( pour environ 90 000 euros) ;
Parts sociales proposées : pas très élevées, sans rémunération, bloquées en principe pour cinq ans.
Ce dernier point nous inquiète, car le délai de cinq ans c’est long pour une monnaie locale, même s’il y a de très fortes chances que nous n’ayons pas à reconvertir toutes nos doumes d’ici cinq ans.
Nous demandons à Toi et Toits de réfléchir avec son CA sur cette question de délai (décision dans 15 jours). S’il est raccourci, le montant de 2000 euros en parts sociales à la SCIC pourra être versé à la condition suivante :
A partir de l’envoi de ce compte-rendu, et pendant deux semaines, tout adhérent peut s’opposer à cet investissement de 2000 euros pris sur notre fonds de garantie. S’il y a une opposition, selon notre Règlement Intérieur, la personne qui s’oppose s’engage à participer à un groupe de travail pour approfondir le sujet. Tant qu’il n’y a pas d’accord entre les membres de ce groupe, la décision est reportée.

IV- Validation du Collectif

Malheureusement le Collectif perd Jean-Michel Bartin qui change de région et Elodie Lozano qui est trop prise. Et personne dans la salle ne se propose !
A SAVOIR : la liste de diffusion « Collectif » comprend autant de personnes qui ne s’engagent pas à venir régulièrement mais veulent être tenues au courant, et souvent elles viennent à telle ou telle réunion. Tout adhérent est le bienvenu ! Les réunions ont lieu au début de chaque mois à des jours et dans des lieux variables. Pour être informé de ces réunions, voyez le newsletter et le site adml63.org.
Nous comptions sur le week-end aux Liards pour accueillir de façon plus décontractée les personnes intéressées…
(mais il est supprimé depuis car le Coranavirus a imposé ses lois!!!)

Membres officiels du Collectif :

Binet Geneviève

Cautin Alexis

Corpart Annette

Got Francis

Gueguen Catherine

Le Bail Hervé

Leroy-Merlet Cédric

Lozano Elisée

Mollon Agnès

Nadal Danielle

Tellier Pascal

Fin de L’AG… et dernier repas partagé avant longtemps !

Ce contenu a été publié dans 1 VIE DE L'ASSOCIATION, Assemblées générales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.