Ca ne va pas assez loin?

  • Cela ne nuit pas encore aux traders mais ça y contribue.

Certes les monnaies locales ne représentent qu’une petite partie de la monnaie qui circule et ne nuisent donc pas directement à la spéculation qui capte plus de 90% de la monnaie.

Cependant elles ont un effet symbolique qui n’est pas à négliger. Un billet de monnaie locale est une sorte de bulletin de vote utilisé au quotidien par de plus en plus de citoyens du monde entier, justement en opposition à cet accaparement de la monnaie, et plus largement de l’économie et de nos sociétés par un système financier cupide et générateur de crises.

Les monnaies locales ont aussi un effet pédagogique. Leur développement s’accompagne d’une diffusion d’informations sur le fonctionnement de la monnaie et du système monétaire par les membres des associations qui les portent mais aussi par les médias qui s’y intéressent de plus en plus.

En devenant de plus en plus important et visible, ce mouvement critique participe à faire pression sur les élus pour qu’ils prennent les mesures  nécessaires pour limiter le pouvoir de la finance, l’inaction devenant de plus en plus inacceptable par leurs électeurs.

  • Il faudrait qu’elle soit indépendante de l’euro.

Les SEL (Système d’Echange Local) organisent des échanges de biens et de services avec des unités complétement indépendantes de l’euro et basées en général sur le temps. Ils existent depuis les années 90 en France et ont beaucoup de valeurs communes avec les monnaies locales complémentaires. Ils ont l’avantage de développer la convivialité, l’entraide et la solidarité. Ils permettent de valoriser toutes les compétences à égalité et d’acquérir des biens ou de bénéficier de services quels que soient ses revenus en euros.

Les systèmes d’échange indépendants des monnaies  nationales se développent de manière très importante en situation de crise économique ou monétaire. Cela a été le cas par exemple en Argentine avec le crédito dans les années 90 ou actuellement en Grèce. Ils permettent d’améliorer les conditions de vie au quotidien en cas de chômage massif ou quand l’inflation des prix ou la chute de la monnaie officielle ne permettent plus de faire face aux dépenses courantes.

Pour ce qui est de la situation actuelle, les échanges dans le cadre d’un SEL, d’un troc, ou tout simplement de manière amicale et sans contrepartie sont bien sûr à encourager. Mais quand ce n’est pas possible, utilisons en priorité la doume plutôt que l’euro!

Posted in: Pourquoi utiliser la doume?