Comment acquérir de la monnaie locale complémentaire? Quelle différence avec les SEL?

  1/ Extraits des débats (mars 2013)

Il existe différents types de monnaies locales selon la manière de les obtenir:

  •  Celles qui sont basées sur le temps comme les SEL (Systèmes d’Echanges Locaux): Piaf à Paris, Noix à Grenoble….Elles sont non marchandes et les membres du réseau agissent hors du champ professionnel et marchand. Ces monnaies locales s’acquièrent en fournissant un service ou un bien à d’autres membres du réseau. On les utilise de la même façon en les donnant à d’autres membres du réseau dont on sollicite un service ou d’un bien.
  • Les monnaies locales marchandes que l’on acquière en donnant des euros. Cette conversion s’établit en général sur la base d’1 unité de MLC pour 1 euro mais certaines MLC fonctionnent avec une bonification (21 MLC pour 20 euros par exemple). Les monnaies locales complémentaires (MLC) ne sont pas des monnaies alternatives dans la mesure où elles sont adossées à l’euro. Elles ont une valeur sur un territoire donné qu’elles participent à dynamiser et s’utilisent chez des professionnels ou des organisations faisant partie d’un réseau,  sur une base marchande et à la place de l’euro. On donnera par exemple 5 MLC et 50 centimes d’euros pour une marchandise qui vaut 5,50 euros (les MLC ne peuvent avoir des centimes).
  •  Les monnaies de valorisation du bénévolat, des gestes citoyens, comme à Grenoble, Chambéry, St Etienne permettent de bénéficier de services gratuits, de réductions… en échange de services bénévoles. Par exemple, elles peuvent réunir des associations sur un territoire populaire pour mettre en valeur des initiatives éco-citoyennes : création de bacs de compost, courses pour les personnes âgées… Elles renforcent le lien social et valorisent des initiatives collectives. Elles sont souvent aidées par les collectivités locales.

 Le mouvement SOL est né en 2000 au Forum social mondial de Porto Allegre. C’est un projet « descendant » ramené en France par Claude Alphandéry, Patrick Viveret et le père de Célina Whitaker (actuelle coordinatrice nationale). L’idée était de donner un versant plus commercial aux SEL. Il y a eu un essaimage d’expériences qui ont plus ou moins bien marché. Le renouveau est venu à partir de la naissance de l’Abeille de Villeneuve-sur-Lot qui est une MLC issue d’un groupe de citoyens du territoire. C’est l’Abeille et le SOL Violette qui marchent le mieux car ils sont des projets ascendants venant des citoyens.

 Attention à ne pas raisonner à partir d’un seul type de monnaie locale alors qu’il existe beaucoup de variété, chaque groupe décidant lui-même des différents points. C’est un processus démocratique, créatif, expérimental et qui évolue dans le temps. C’est un moyen permettant une reprise en main de l’économie par les citoyens. La question se pose en terme de gouvernance.

Certains peuvent cependant considérer que les SEL et les MLC sont des cataplasmes sur une jambe de bois. Pour eux c’est l’argent qu’il faudrait supprimer…

2/ Fonctionnement de la doume

La doume est une monnaie locale complémentaire: elle s’obtient en échange d’euros en se rendant à un des comptoirs de change. Ceux-ci sont tenus par des commerçants du réseau de professionnels ou des gestionnaires de groupes locaux.

Pour connaître le comptoir de change le plus proche de chez vous: aller sur le site de la doume (http://doume.org/index.php) et cliquer sur le groupe local de votre secteur.

Posted in: Comment fonctionne une monnaie locale?