Réunion du collectif d’animation du 2 octobre 2014

Accueil de stagiaires, documents de communication, billets, contrat pour le logiciel de gestion de la doume, prochaines activités

Présents : Ariane Tichit (1ère heure), Annette Corpart, Colette Boudou, Geneviève Binet, Hervé Le Bail, Pascal Tellier, Ginkyo Recorbet, Danielle Nadal.
Excusés : Astrid Ursem, Catherine Philippe, Pierrette Boyer, Hervé Torregrosa

I- Réception entre 18 h 30 et 19 h 30 d’un invité

M. Poncelet, professeur à l’ISTRA (formation des éducateurs spécialisés) organise avec ses collègues, pendant tout le mois de Mars, un travail « de terrain » pour ses étudiants, en équipes de 10 personnes environ et selon des thèmes divers.
On cherche ensemble comment on pourrait trouver un sujet commun qui permettrait à ces étudiants de se former tout en nous étant utiles, et sans nous demander un trop fort investissement.
Au bout de quelques tâtonnements, nous sommes arrivés à la formulation suivante qui doit être améliorée conjointement par l’ADML 63 et l’ISTRA :
« repérer dans les structures institutionnelles (collectivités locales mais aussi associations) les voies à emprunter pour que ces structures puissent apporter une aide à notre projet, que ce soit sous la forme de subventions ou de partenariat »
Il est entendu qu’ils ne seraient pas les interlocuteurs de ces structures à notre place. Notre participation à cette formation serait essentiellement : Présentation du projet, explication de la commande et participation à l’évaluation du travail des étudiants.

Contacts à poursuivre (Danielle, Ariane)

II- Autres sollicitations de l’Université (décidément quel succès !)

1) Le projet monté par Ariane et 4 autres professeurs de disciplines diverses, intitulé « projet recherche-action » a été sélectionné par le Conseil Régional qui va le financer (le financement ira aux chercheurs qui vont nous donner des outils d’analyse et de communication). Une quarantaine d’étudiants qui doivent être entraînés par leur professeur de sociologie aux « techniques d’enquête » sont déjà en train de travailler sur un questionnaire portant sur les représentations de la monnaie et de la monnaie locale en particulier (Ariane et Danielle leur ont présenté la Doume). Par ailleurs une ethnologue, Emilie Ramillien, va nous rejoindre en tant qu’adhérente active (elle sera « en immersion ! ») et analysera le fonctionnement de notre « tribu ». Pour les autres aspects du projet, voir l’autre pièce jointe.
2) Un professeur en Economie Sociale et Solidaire a sollicité Ariane ; il veut faire travailler ses étudiants, par petits groupes de 3, sur des projets tuteurés de soutien à un acteur de l’ESS. Parmi ces acteurs, il verrait bien l’ADML 63. La seule proposition qu’on ait trouvée est : « aide à la préparation d’une fête pour la sortie de la Doume mi-janvier ». A voir si ça rentre dans leurs intérêts…

III- Les publications en cours

1) 1000 exemplaires de la réédition du dépliant « la Doume » (avec le même motif graphique « vache », en remplaçant seulement la page « appel à contribution graphique », périmée, par la liste des contacts des groupes locaux (8 à ce jour). Tirage, ESAT de Romagnat, financement Pascal !
2) Le « Guide de la doume pour les professionnels » n’a pas encore sa version définitive (beaucoup d’aménagements successifs). Le nombre de 2000 prévu initialement est ramené à 500.
La demande d’agrément (intérieur du guide Professionnels) est prête, et quant au guide lui-même, ça ne saurait tarder, quitte à distribuer, dans l’urgence, une version provisoire.
3) Le nombre de 2000 serait plus adapté pour le « guide de la doume pour les utilisateurs », qui reste à écrire. (Danielle se charge du premier jet). Là il faudrait une édition la moins chère possible.
4) Ne pas oublier qu’il y aura aussi à éditer des panneaux « ici on accepte la doume », les autocollants « moi j’utilise la doume », ou quelque chose d’approchant, pour coller sur les voitures, ainsi que la liste sur papier des premiers prestataires. Le contenu et le graphisme sont encore à trouver. (Catherine va être encore sollicitée ! Car le graphisme doit rappeler les billets, le guide…)
5) Enfin, les billets : Clément attend toujours de savoir quel nombre de billets on demande et quelles sécurités pour avoir un devis sûr. Au moins on sait quelles dimensions on va choisir : les non-voyants se repérant avec la hauteur des billets en euros, il paraît souhaitable d’en faire autant avec » les billets en doumes. Aussi : 5 doumes = la dimension de 5 euros, même alignement sur l’euro pour 10, 20 et 50 euros, et quant aux billets de 1 et 2 doumes, ils seront plus étroits en hauteur. On demande deux améliorations pour le texte sur les billets : la majuscule au début des phrases, et surtout, afficher au recto « monnaie locale complémentaire » et sur le rond du verso « bon d’échange local ». Le chiffre solitaire du verso pourrait être accompagné de l’abréviation « D » pour doume (il faudra bien une abréviation-symbole).
La recherche d’un imprimeur paraissant un peu délicate (matériel supplémentaire pour la sécurisation?), peut-être pourrait-on demander conseil à des groupes d’autres monnaies locales.

IV- Contrat de cession du logiciel de la doume, conçu par Stephan Gelberger.

Le contrat proposé paraît tout à fait conforme à nos intérêts et nous sommes reconnaissants à Stephan de son bénévolat efficace. Cependant un paragraphe est modifié par nous, concernant les espaces promotionnels de l’interface du logiciel : au lieu de
« – Les ressources des espaces promotionnels inclus dans le logiciel seront gérées conjointement par l’auteur et l’association. »
nous voulons
« – L’éventuelle utilisation d’espaces promotionnels inclus dans le logiciel est gratuite et ne peut être source de revenus pour le propriétaire comme pour l’auteur. »
En effet, il ne saurait être question de laisser une porte ouverte à des revenus publicitaires, basés sur la promotion payante de tel et tel prestataire, car la transparence et l’égalité entre les prestataires en seraient bafouées. Par contre cette fenêtre dite « promotionnelle » peut être utile pour mettre en valeur des nouveautés particulièrement intéressantes pour tous.

V- Les dates

1) La date-butoir importante est l’assemblée générale du 29 novembre (salle Poly à 17 h 15). Nous aurons à y présenter toutes les décisions techniques prises d’ici là, et nous devrons soumettre à l’Assemblée au moins deux choses :
 les cas litigieux qui resteront dans notre liste de prestataires démarchés par les groupes locaux
 les conditions de sortie de la doume (une grande fête, mi-janvier ?)
Cette date de mi-janvier peut paraître prématurée à certains mais il suffit que les groupes locaux de Clermont et d’Issoire qui sont les plus avancés aient une liste suffisante pour pouvoir sortir la doume, et cela aurait un effet d’entraînement sur les autres secteurs. Cela permettrait au moins de satisfaire tous ceux qui ont dit : « la doume, oui, mais j’attends qu’elle sorte… ».
D’ici là : travail de démarchage des groupes locaux auprès des professionnels qu’ils savent quasiment acquis.
Au CA du 20 novembre, il faudrait que les groupes locaux prêts envoient un représentant qui apporterait déjà les demandes d’agrément qui ont été remplies et signées, et le CA pourrait alors les valider. Les groupes locaux listeront aussi les hésitants et leurs réticences, ceux aussi dont ils se demandent si ça rentre bien dans les valeurs de la Charte.
On leur fera parvenir dès que possible les documents à présenter aux professionnels qu’ils iront voir.

Enfin une autre réunion des groupes locaux, pour faire le point, est prévue le samedi 29 novembre, avant l’AG.

2) Présence de la Doume au Forum « Changeons d’Art/Gens » organisé par les Indignés les 25 et 26 octobre. On aura un stand (volontaires demandés), et on parlera de la Doume dans les conférences/tables rondes (présence sûre : Danielle, et le samedi Colette). Le programme n’est pas achevé.
Prochains CA :

Le jeudi 6 novembre de 18 h 30 (ou 19 h 30) à 22 h 30.
ATTENTION CHANGEMENT DE LIEU : il ne se tiendra pas au centre Jean Richepin, mais dans une autre salle qu’on est en train de chercher.

Le jeudi 20 novembre de 18 h 30 à 22 h 30, comme d’habitude au Centre Jean Richepin, salle 5.

Et le CA d’après l’AG est prévu le jeudi 11 décembre, au centre Jean Richepin.

Ce contenu a été publié dans 1 VIE DE L'ASSOCIATION, Collectif. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire