Réunion du collectif du 1er décembre 2020

ADML 63

Compte-rendu de la réunion du Collectif

du 1er décembre 2020 par téléphone

Présents : Agnès Mollon, Angèle Dransart, Geneviève Binet, Cédrick Leroy-Merlet, Elisée Lozano, Catherine Gueguen, Hervé Le Bail, Danielle Nadal.

 I- Chantiers   en cours

– Organisation  du « marché de Noël » ou de ce qui le remplace; site mis en place par les 2 étudiantes, mais il est limité à 29 presta et ce site n’est pas éthique. Vivement qu’on mette en place la market place du site doume. Des prestataires continuent à s’inscrire. On leur demandera quel résultat ils ont obtenu en janvier (Nbre de commandes et volume en d.)
Organiser la distribution : solliciter tous les bénévoles, ainsi que les prestataires (le matin quand ils livrent pour les extérieurs, et toute la journée pour les habitants de la Métropole. Prévoir des plages de 2h. Angèle envoie lundi. Danielle récupère la clé vendredi avant 16h. Auparavant on les prévient. On démarre à 8h, RDV échelonnés pour les prestataires afin qu’ils ne se retrouvent pas tous en même temps sur le parking qui sera occupé par les syndicats.

Réponses des  prestataires à notre envoi : aucun retour sur les avances de trésorerie et peu sur la com. Se servent seulement des petites annonces Facebook.

Campagne auprès  des parlementaires locaux pour soutenir la proposition de loi Gontard. La lettre a été préparée par le mouvement SOL.  Agnès a tout envoyé.

– Anniversaire : que fait-on ? Se renseigner après le 15 décembre auprès de la mairie pour la salle.
Fin à 20 h donc pas de bal trad, pas de buvette ni de restauration.
On propose de reporter au printemps. (juin)

Résultat du vote BEC : quand on aura obtenu  ce financement, comment procéder ?
Ne pas se presser, et réfléchir.

–  Questionnaire « GT SOL » pour faire le point sur l’engagement des Collectivités locales. Angèle l’a rempli (elle l’avait aussi participé à ce groupe de travail).

– Cédric André, du Galais de Ploërmel, tente de faire vivre les échanges sur le réseau MLCC. Il a envoyé un questionnaire sur les groupements régionaux des MLCC et organisé une  conférence sur youtube  le le vendredi 4 décembre à 20 h .

-Un autre débat sur aura lieu sur youtube lundi 14 de 18 h à 19h30 avec Angèle (sujet : les monnaies locales)

– Stéphan nous partage sa perplexité vis-à-vis des débats sur la numérisation dans le réseau ; il trouve que le sujet prend trop de place et néglige l’aspect environnemental.
Cependant dans la doume les échanges numériques marchent bien ! 750 000 unités déjà numérisées. Super chiffres. La doume est un prototype fonctionnel.
Vitesse de circulation de la doume : difficile à estimer, mais ça tourne de plus en plus vite.
Pour la justesse de statistiques, bien noter à qui on vend des doumes (éviter de noter « en gros » dans les divers événements…).

– Les monnaies de la région AuRA pourraient s’unir : Emeric de la Gonette propose

-de se rejoindre pour une convention climat régionale (dans le but d’interpeller les candidats aux élections régionales)

– et un espace dans le « rocket chat »du mouvement SOL, dédié au regroupement des  13 MLCC de la région.

Danielle et Agnès vont s’en occuper.

II- Perspectives

 – Embauche pré-CIFFRE : Un CIFFRE est un contrat de travail spécifique qui consiste à embaucher pendant 3 ans un doctorant qui travaille et écrit une thèse en même temps (recherche-action). Dans le cadre du programme de résilience territoriale de Cisca, au moins 7 doctorants CIFFRE vont être embauchés en septembre, certains directement par le Cisca, d’autres dans des collectivités locales ou dans des organisations comme l’ADML, et travailleront d’une part pour leur employeur, d’autre part sur leur thèse en lien avec le conseil scientifique composé des directeurs de thèse (déjà en place) et avec les autres doctorants. Pour préparer cette architecture un peu compliquée et débloquer plus facilement des financements pour les CIFFRE, il y a jusqu’à cet été une phase de pré-programme durant laquelle les futurs doctorants sont embauchés en CDD classique pour commencer à faire ce lien entre recherche, collectivités et acteurs comme nous : on les appelle les pré-CIFFRE.
Nous allons recevoir   20 000 euros de la métropole en janvier pour embaucher une personne déjà identifiée, et dont le profil est intéressant pour faire le lien entre doume et métropole. Elle a moins de 26 ans. Il faudrait l’embaucher avant fin janvier ; on dépenserait environ 12000 euros pour son salaire. Le suivi de sa thèse Ciffre est assuré par le Cisca. Sujet de la thèse : lien entre la doume et la collectivité.

–  Intervention à VetAgro Sup en janvier : Marie Houdart a contacté Angèle pour une intervention d’1 heure et demie. Payé par l’Université directement à Angèle.

Appel sympa d’une service civique de la Métropole, qui veut organiser des marchés doume sur le campus des Cézeaux, en mai et peut-être tous les mois. Achat en doumes obligatoire. Bonus social si possible.

Bonus social : est-ce que les adhérents 2020 peuvent de nouveau bénéficier du bonus en 2021 ?  A voir. Beaucoup d’adhérents ont du mal à savoir s’il leur reste du bonus à dépenser. D’autres ne se soucient pas d’utiliser la doume ( adhérents épisodiques). Geneviève et Elisée font le suivi des conversions grâce au flux.

– On signale : Plateforme nationale fairemescourses.fr (à la livraison, payable en MLC) Très bonne initiative (multi-relationnel), bien que ça ne fonctionne pas toujours. A étudier, à conseiller à nos pros.
Pas d’astroturfing en vue !

– CR du groupe « sécurité sociale alimentaire » voir ANNEXE 1
Stéphan : 2 points : 1) un prélèvement bancaire répétitif (à voir, affaire de la doume)
2) les délais entre le virement et la distribution de doumes : il vaut mieux prévoir un mois de décalage. Embêtant pour des personnes financièrement contraintes ?
A poursuivre ! Voir qui peut faire les démarches avec la banque.
Retrait des doumes papier au comptoir : essayer de limiter. Le mieux est de se servir du smartphone…
Le mettre en place même si peu de gens participent.

III- Vivifier l’association

– première étape de l’accompagnement DLA, bilan. On constate que notre fonctionnement est difficile à comprendre. On n’a pas les bons arguments – faut-il se mettre d’accord sur des éléments de langage pour se faire comprendre ? A la fin de cet accopagnement, on espère avoir des pistes de financement et un dossier à présenter aux financeurs.

Point sur les nouveaux bénévoles qui s’étaient inscrits par la plateforme Bénévolt. Thomas est intégré au gp tréso et au GL avec Geneviève. Les 2 autres sont perdus. Momentanément ? Les relancer.

– GL de Billom, suite : Elisée a contacté Anne Le Ny qui tient le comptoir de l’Orange Bleue, mais elle ne veut pas reprendre la gestion, Christel Roy non plus. Il y a peu de mouvements sur Billom, toutes les conversions passent par l’Orange Bleue qui est le seul comptoir. Le rattacher à un autre GL ? La Comté refuse. Créer un GL Cournon-Billom ? Rattacher l’Orange Bleue à un groupe clermontois ? La question reste en suspens…

– Une adhésion croisée avec la Coopérative Auvergnate pour une Alimenation de Proximité (CAAP) décidée !

Fin de la réunion. Prochaine date à prévoir début janvier : inscrire ses préférences sur https://framadate.org/b9Rai1Mw5ePGtUdP

ANNEXE 1 (Sécurité Sociale alimentaire) résumé de Geneviève qui fait partie du groupe de travail.
En résumé,lorsque nous allons démarrer:
on va se retrouver un petit groupe,
 chaque personne va cotiser en proportions de ses revenus,
selon la tranche qu’il se sera fixée
20 30 40 50 ou 60
ou alors 30 40 50 60 ou 70

ADML63 va  recevoir par prélèvement automatique, chaque mois ces sommes.
Sur un compte dédié, ou cela peut-il être identifié facilement sur le compte normal?
Chaque mois cela peut varier, avec des nouvelles personnes qui rejoignent le projet.

Puis , il faut , une fois que ces sommes sont arrivées sur le compte ADML63,
que se mette en place, une opération automatique,
qui en fait la somme, la  divise par le nombre de participants
pour
calculer la somme qui va être reversée à chacun.

une fois cette somme calculée, une autre opération automatique,
va virer sur le compte e-doume ,
cette somme en doumes à chaque participant

Après chacun en fait ce qu’il veut, payer ses courses, directement avec son compte e-doume,
ce serait le mieux car cela donnerait moins de travail aux comptoirs.
car je vous rappelle que tous les comptoirs n’ont pas forcement un ordi pour faire  « un décharger le compte.
», et ils sont bénévoles, on ne veut pas les effrayer.
ou alors retirer ses doumes papiers.

Ce contenu a été publié dans 1 VIE DE L'ASSOCIATION, Collectif. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.