Réunion du Collectif d’Animation du jeudi 5 février 2015

La réunion du Collectif d’Animation du jeudi 5 février 2015 s’est tenue cette fois-ci à Issoire.

Présents : Pascal Tellier, Geneviève Binet, Annette Corpart, Damien Verhille, Colette Boudou, Clémente Vialle, Hervé le Bail, Ginkyo Recorbet, Jean-Michel Bartin, Danielle Nadal
+ quatre membres du groupe local d’Issoire : Jacqueline Brunetti, Emmanuelle Charrier, Anita Clavero, Jorge Sanz.
Excusés : Astrid Ursem, Catherine Philippe, Hervé Torregrosa, Pierrette Boyer.

I- Bilan de la fête de lancement du 17 janvier.

Nous ne nous attardons pas sur le gros succès de ce lancement, dont nous avons eu le temps de savourer les effets, mais nous avons à traiter d’un problème de comptes déséquilibrés concernant les conversions euros-doumes : en effet si 6614 doumes ont été distribuées, (hors conversion de 510 euros par l’ADML pour payer les repas des musiciens) seuls 6204 euros sont rentrés. Il manque donc 410 euros ; nous ne pouvons expliquer ce manque que par la presse inattendue de cette journée, qui a pu favoriser le vol.
• Tous les présents signent un quitus de cette différence à notre trésorière et aux personnes chargées des conversions.
• Nous avions autorisé les prestataires présents à reconvertir leurs doumes sur place à taux zéro ; ces reconversions ne s’élèvent qu’à 1055 doumes. Si l’on ajoute les 510 euros convertis par l’ADML , les doumes mises en circulation ce jour-là sont donc au nombre de
6204-1055+510 = 5659.
• Le compte courant de l’ADML 63 s’est enrichi par ailleurs de …… (?) cotisations d’anciens et de nouveaux adhérents.

II- Fonctionnement au quotidien.

Il y a encore des habitudes à prendre, des rôles à préciser. Une séance avec vidéo-projecteur, destinée à découvrir le fonctionnement du site doume.org et à faire des propositions à Stephan, a été organisée à Chôm’Actif le 29 janvier, à destination des personnnes (gestionnaires et autres fonctions) qui auront à le manipuler.

Une question importante : faut-il que le Collectif d’Animation se réserve le droit d’agrément ? Comme nous l’avions dit à la dernière réunion, on peut faire confiance aux différents groupes locaux : il suffit qu’il y ait accord dans le groupe , et qu’ils communiquent les nouveaux prestataires au Collectif d’Animation. (Comment, ce n’est pas vraiment précisé).

Danielle se soucie du grand nombre d’adhérents et de la façon de remplir la liste de diffusion de l’association dans son ensemble. Peut-être Stephan va-t-il arriver à extraire les adresses du site ; en attendant il y a peut-être une façon (le groupe local d’Issoire essaie de la mettre au point) pour que la liste de contact@adml63.org ait accès directement aux listes des groupes locaux.

Il faut aussi que la page du site où l’on renseigne les infos sur chaque nouvel adhérent différencie les actifs des simples utilisateurs pour qu’au niveau des GL on sache à qui demander un service et qui convoquer aux réunions..

Les gestionnaires locaux, qui doivent déposer à la Banque Postale à la fois les cotisations des nouveaux adhérents et le montant des conversions dans les comptoirs, devront déposer les premières sur le compte courant et les deuxièmes sur le livret A. Ainsi il n’y aura pas de confusion.
Quand un comptoir recevra d’un prestataire des doumes à reconvertir, il chargera de doumes virtuelles le compte du prestataire, et il lui restera des billets dénantis qui rejoindront son stock.

Espérons que dans un comptoir les reconversions ne seront pas trop nombreuses et qu’il n’aura pas un stock trop important de billets, car malheureusement sur le site rien n’est prévu pour l’instant pour noter la « remontée » des stocks…

Les reconversions ne devraient pas être abondantes dans l’immédiat, voir la suite.

Un GROUPE DE TRAVAIL (Danielle, Geneviève) va se consacrer à finaliser le document que nous n’avons encore qu’au brouillon, le « guide pour les comptoirs ».

III- Prochaines dates de réunion :

Prochain CA jeudi 5 mars à Clermont, centre Jean Richepin, salle 3

AG samedi 28 mars à la salle Poly à Montferrand. La salle est demandée de 17 h à 22 h – à ajuster.
Cette AG aura le statut d’Assemblée Générale annuelle, comme telle elle comportera bilan financier et rapport d’activité.

Un autre CA est prévu le 2 avril, quel groupe local va le recevoir ?

IV- Comment convaincre les prestataires hésitants.

Beaucoup de prestataires pressentis, en particulier les entreprises « bio » ayant plusieurs salariés, hésitent à franchir le pas : leurs arguments sont entre autres : « surcharge de travail en comptabilité », « ne pas pouvoir mettre chaque jour les recettes en lieu sûr à la banque », et surtout : « Que faire d’un afflux de doumes ? Les reconvertir avec un taux de 95 % ? Trop de manque à gagner… »

Il est vraiment dommage de s’arrêter à ces arguments, car la réalité va peut-être les détruire. Il est important que le réseau s’agrandisse rapidement. Aussi va-t-on remettre sur le chantier, à la prochaine AG, le taux de reconversion, au moins provisoirement.
Un autre GROUPE DE TRAVAIL (Geneviève, Colette et tous ceux qui sont intéressés) listera les diverses réticences et proposera à l’AG des pistes d’aménagement de la règle avec l’argumentaire pour ou contre.
Dès que ce travail sera fini, chaque groupe local est invité à provoquer une réunion entre les prestataires de son secteur (adhérents + pressentis) pour qu’ils étudient le problème et se fassent une opinion, qu’ils transmettront à l’AG, à distance ou de préférence de vive voix. Il est important que les prestataires se sentent partie prenante du projet doume. (Si les prestataires sont peu nombreux, organiser une réunion avec les GL voisins) Outre le taux de reconversion, ils pourraient discuter « comptabilité ».

Jusqu’aux décisions de l’AG le 28 mars, conseiller aux prestataires d’attendre avant de reconvertir (heureusement les sommes sont encore faibles).

V- S’adapter à la nouvelle dimension de l’association.

Nombreux adhérents, 10 groupes locaux dont ceratins éloignés, et ce n’est qu’un début.
Il faut se décentraliser.
Faut-il revoir les statuts ?
Non, ce serait prématuré et trop lourd alors que nous avons bien des choses à faire pour étendre le réseau. Essayons d’abord une décentralisation expérimentale, dont la réunion entre prestataires prévue ci-dessus pourrait être la première expérience.

VI- Demander une aide, à qui, pour quoi faire ?

Le hasard fait que des professeurs de l’ITSRA (Institut de Travail Social de la région Auvergne) cherchaient un partenaire institutionnel ou associatif pour faire plancher 18 groupes de 10 étudiants sur une problématique de terrain, et l’ADML 63 avait été sollicitée en novembre.
Nous nous étions mis d’accord sur un brouillon de commande :

« repérer dans les structures institutionnelles (collectivités locales mais aussi associations) les voies à emprunter pour que ces structures puissent apporter une aide à notre projet, que ce soit sous la forme de subventions ou de partenariat »
Il est entendu qu’ils ne seraient pas les interlocuteurs de ces structures à notre place. Notre participation à cette formation serait essentiellement : Présentation du projet, explication de la commande et participation à l’évaluation du travail des étudiants. »
Il s’agit maintenant d’aller présenter une commande plus approfondie aux étudiants (dernière minute : rendez-vous pris le mercredi 4 mars à 14 h à l’ITSRA). Délégués : Danielle + Colette + Geneviève + ????

Réflexions des présents au CA :
Une aide pour quoi faire ? :
A) faire accéder au réseau de la doume des publics qui en sont exclus :
 accorder des doumes à taux préférentiel à certains publics qu’il faudra a) définir et b) accompagner par une formation à une consommation de bonne qualité
 développer le partenariat avec les épiceries solidaires (existantes ou à créer?)

B) aider le réseau à se développer et à fonctionner harmonieusement, autrement dit obtenir un poste d’animateur salarié qui ne coûte presque rien à l’association (qui a peu de moyens).

VII – Demande de rescrit fiscal, suite…

Toujours rien de la part de l’Inspectrice régional des Impôts concernant la demande de l’ADML 63 d’être reconnue d’intérêt général. Après un premier refus en juillet, nous attendons d’être convoqués en appel. Danielle est chargée de rappeler l’Inspectrice.
(dernière minute ; nous sommes convoqués le jeudi 5 mars à 14 heures, 2, rue Gilbert Morel. Qui veut se présenter avec Danielle pour défendre le dossier?)

VIII- Divers

 l’ADML 63 doit adhérer (15 euros) à l’UCJS qui prépare Alternatidômes
 La liste des prestataires et comptoirs sur papier doit garder le même format (on ajoutera des pages)  mais peut-être faut-il resserrer la présentation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *